BIOGRAPHIE

Née à Angers, Véronique Fumet-Béjars est issue d’une famille de musiciens, son arrière grand-père D. V Fumet, organiste et compositeur renommé fut disciple de César Franck. Son grand-père Raphaël Fumet, élève de Vincent d’Indy, fut également organiste et compositeur.

Dans ce contexte, Véronique Fumet apprend très tôt le piano. Diplômée des Conservatoires d’Angers et du Mans, médaille d’or de piano et de déchiffrage, elle travaille plusieurs années avec Pierre Sancan à partir de 1983. Parallèlement, elle suit les cours de France Clidat à l’Ecole Normale de Musique de Paris où elle remporte une licence de concert. Elle entre à la fondation Cziffra, elle en devient lauréate et reçoit le prix Cziffra.

Le virtuose hongrois perçoit en elle des qualités essentielles pour son avenir musical. Depuis, elle se produit régulièrement à Paris et en province, réalisant également des prestations radiophoniques.
C’est aussi grâce à ses enregistrements, dont des CD des œuvres d’Albeniz, Franck, Brahms, Chopin, Fumet, ainsi qu’une série d’enregistrements live - Debussy, Scriabine, Liszt, qu’elle est remarquée. Elle est reconnue comme une interprète de premier plan. Son parcours privilégiant une réflexion approfondie sur son art fait d’elle une pianiste recherchée pour ses interprétations.

POINT PRESSE

" Cette jeune pianiste, très douée, nous a véritablement éblouis lors de son concert. Ce fut un moment émouvant et magique. Ce qui est rare, et donc si précieux ".
" Véronique Fumet possède dans son jeu la magie du sublime qui conduit tout naturellement à des états de grâce. Il s’agit d’une qualité rare, un don poétique qui lui est tout à fait personnel "
" La performance artistique de la musicienne angevinne Véronique Fumet défendait aussi les compositions de ses grands-pères et arrière-grand-pères. La première partie du concert était ainsi consacrée au répertoire de l’orgue. Un des défis de l’interprétation pianistique est d’accorder le toucher aux différents timbres de clavier. Le pari était parfaitement tenu, ainsi dans les arrangements des " préludes et fugues " de Franck. Les lignes de pédaliers pleines d’emphase et l’acoustique généreuse participaient à cette impression. Les titres " Transsubtantation " et " L’ange des bois ", porteurs d’une inspiration mystique, incitaient au recueillement. Toucher romantique En contrepoint à cette grandeur austère, la seconde partie était dévolue au piano romantique. L’instrument se faisait alors l’écho des passions intérieures des compositeurs, pour la plupart de grands virtuoses, le clavier étant leur moyen d’expression le plus direct. Une telle sincérité était traduite dans les quatre pièces de Liszt : " La chapelle de Guillaume Tell ", " La vallée d’Obermann ", " Le mal du pays " et " Les cloches de Genève ". On y retrouvait parfaitement la grandiloquence lisztienne. La célèbre " Vocalise " de Rachmaninov clôturait la prestation. Le public a redemandé la berceuse nostalgique, qui sait parler au cœur de chacun.

Actualité



EXTRAITS

Play hard

description de play hard mmmm

Envole moi

description 3

Baby

description 4

I found you

description 5



Retrouvez tous mes titres sur itunes


Tous les droits sont reservés © 2015

Mentions légales